Pin
Send
Share
Send


Alger (Arabe: الجزائر ou Al Jaza'ir, Français: Alger) est la capitale, le principal port de mer et la plus grande ville d’Algérie, le deuxième plus grand pays du continent africain. La ville est la troisième plus grande en Afrique du Nord derrière le Caire en Egypte et le Casablanca au Maroc. C'est également le centre politique, économique et culturel du pays. Située dans le nord de l'Algérie sur les pentes des collines du Sahel, la ville s'étend sur 10 milles le long du côté ouest de la baie d'Alger, sur la mer Méditerranée. Son emplacement stratégique lui permet de desservir la région méditerranéenne en tant que centre de transport maritime et de ravitaillement important.

Son emplacement a amené la ville à jouer un rôle central au cours de son histoire. À l'origine colonisée par les Berbères, la terre a finalement été contrôlée par les Carthaginois, les Vandales, l'Empire byzantin et, au huitième siècle, par les Arabes. L'Espagne a dominé la ville au début du XIVe siècle et, au début du XVIe siècle, de nombreux Maures expulsés d'Espagne ont demandé l'asile à Alger. La ville tomba sous le règne de l'empire ottoman en 1518. Au début des années 1500, Alger devint la base principale des pirates de Barbarie, qui attaquèrent la navigation dans la Méditerranée occidentale pendant les 300 prochaines années. Les États-Unis ont mené deux guerres après les attaques d'Alger contre le transport maritime: les première et deuxième guerres de Barbarie.

Alger a joué un rôle dans la Seconde Guerre mondiale en tant que quartier général des forces alliées en Afrique du Nord et a été pendant un temps l'emplacement du gouvernement français libre du général Charles de Gaulle. Il a également joué un rôle déterminant lors de la guerre d'Algérie (1954-1962), notamment lors de la bataille d'Alger. Près de 1,5 million d'Algériens sont morts dans la sanglante lutte pour l'indépendance, qui a abouti à l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962.

Bien qu’elle soit la cinquième ville la plus riche d’Afrique, elle a le coût de la vie le plus élevé de toutes les villes d’Afrique du Nord et son quartier de la Casbah, construit sur les ruines du vieil Icosium, a dégénéré. Afrique du Nord. La rivière Oued El Harrach, qui traverse Alger, est gravement polluée malgré l'installation d'une installation de traitement des eaux usées à proximité. Les niveaux de mercure présents sont 30 fois ceux acceptés dans le monde entier.

La géographie

Le nom de la ville est dérivé du mot arabe, al-jazā'ir, ce qui se traduit par "les îles", faisant référence à plusieurs petites îles qui existaient jadis dans la baie, dont toutes sauf une ont été reliées au rivage ou ont été effacées par des travaux portuaires. Al-Jazā'ir est elle-même une forme tronquée du nom ancien de la ville, jazā'ir banī mazghannā, "les îles de (la tribu) Bani Mazghanna", utilisées par les géographes du haut Moyen Âge.

Alger, construite sur le versant des collines du Sahel, s'étend sur 16 km le long de la baie d'Alger et a une superficie de 273 kilomètres carrés.

La côte a un climat agréable, avec des températures hivernales allant de 10 ° C à 12 ° C (50 ° F à 54 ° F) et des températures estivales allant de 24 ° C à 26 ° C (79 ° F). Les précipitations dans cette région sont abondantes, de 15 à 27 pouces par an.

La rivière Oued El Harrach, qui traverse Alger, est très polluée malgré l'installation d'une station de traitement des eaux usées à proximité. Les niveaux de mercure présents sont 30 fois ceux acceptés dans le monde entier.

En raison des précipitations irrégulières et des infrastructures obsolètes vieillissantes, l'eau douce est un luxe que la plupart des gens ne bénéficient que de deux à trois heures par jour. Le projet Hamma, destiné à être la plus grande usine de dessalement d’eau de mer d’Afrique, a pour objectif de fournir à Alger 53 millions de gallons américains (200 000 mètres cubes) d’eau potable par jour.

Commune d'El Biar

La ville est composée de trois sections. La partie inférieure, la zone française, caractérisée par de nombreuses places publiques et de larges boulevards, a été construite après la démolition des quartiers traditionnels, à partir de 1830, lorsque les Français ont pris le contrôle.

La deuxième zone est la Casbah, qui est fondée sur les ruines du vieil Icosium. Construit au début du XVIe siècle en tant que fort ottoman et palais du souverain local, le dey, sur la colline escarpée derrière la ville moderne, la région compte de nombreuses mosquées, notamment Ketchaoua (construite en 1794), el Djedid (1660), El Kébir (reconstruit en 1794) et Ali Betchnin (1623). Bien qu'il y ait des labyrinthes de ruelles et de maisons pittoresques, la région a dégénéré et présente certaines des pires conditions de vie en Afrique du Nord.

La troisième partie comprend les grandes banlieues entourant la ville, qui couvrent la majeure partie de la plaine environnante de Metidja et qui datent de la période post-coloniale.

Histoire

Barbarossa Hayreddin Pasha.Le bombardement d'Alger par Lord Exmouth, août 1816, peint par Thomas Luny.Ville et port d'Alger, vers 1921.

Les Phéniciens ont fondé un avant-poste commercial appelé Ikosim, vers 1200 avant notre ère, sur ce qui est maintenant le quartier maritime d’Alger. Les Carthaginois et les Romains l'appelaient Icosium. La ville est devenue une partie de l'Empire romain après les guerres puniques de 146 av. J.-C. Les vandales ont envahi la ville au milieu du Ve siècle. Ensuite, il a été gouverné par les Byzantins, qui ont été à leur tour évincés en 650 par les Arabes.

En 944, Buluggin ibn Ziri, fondateur de la dynastie berbère Zirid-Senhaja, fit revivre la ville pour en faire un centre commercial sous son nom actuel. Au cours des trois siècles suivants, la ville fut contrôlée par divers seigneurs de guerre européens, arabes et berbères.

Au XIIIe siècle, Alger passa sous la domination des sultans Abd-el-Wadid de Tlemcen. La ville a conservé une grande partie de son indépendance sous ses propres émirs, Oran étant le principal port de mer d'Abd-el-Wahid. L'îlot situé devant le port, appelé plus tard Penon, était occupé par les Espagnols dès 1302. Un commerce considérable s'installe ensuite entre Alger et l'Espagne.

Au début du XVIe siècle, de nombreux Maures expulsés d'Espagne ont demandé l'asile à Alger. En réponse aux attaques d’Alger sur le commerce maritime espagnol, l’Espagne fortifie en 1510 l’île de Peñon, située au large des côtes, dans la baie d’Alger.

En 1516, l'émir d'Alger, Selim b. Teumi, a invité les frères corsaires Aruj et Khair ad-Din Barbarossa à expulser les Espagnols. Aruj vint à Alger, fit assassiner Selim et s'empara de la ville. Quand Aruj fut tué au combat contre les Espagnols à Tlemcen en 1518, Khair ad-Din lui succéda et plaça Alger sous l'empire ottoman.

Alger devint à partir de cette époque la base principale des pirates de Barbarie qui attaquèrent les navires dans la Méditerranée occidentale et se lancèrent dans des raids d'esclaves aussi au nord que Cornwall, en Angleterre.

Les puissances européennes ont envoyé de nombreuses expéditions contre les pirates. En octobre 1541, le roi d'Espagne et l'empereur du Saint-Empire romain, Charles Quint, tentèrent de s'emparer de la ville, mais une tempête détruisit un grand nombre de ses navires et son armée fut vaincue. Les États-Unis ont mené deux guerres après les attaques d'Alger contre le transport maritime: les première et deuxième guerres de Barbarie. En 1816, une escadre britannique dirigée par Lord Exmouth (un descendant de Thomas Pellew, pris lors d'un raid sur les esclaves algériens en 1715), assistée par des hommes de guerre néerlandais, a bombardé la ville.

Le 4 juillet 1827, sous le prétexte d'un affront au consul de France (que le défenseur avait frappé avec un fouet lors d'un différend sur les dettes françaises envers deux marchands juifs algériens), une armée française dirigée par le général de Bourmont attaqua la ville, qui a capitulé le lendemain. Le 14 juin 1830, les Français font d'Alger un centre de contrôle de leur empire colonial en Afrique du Nord et de l'Ouest. Le contrôle français a duré 132 ans.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Alger devint le quartier général des forces alliées en Afrique du Nord et fut, pendant un temps, le siège du gouvernement de la France libre de De Gaulle.

Alger a également joué un rôle décisif lors de la guerre d'Algérie (1954-1962), notamment lors de la bataille d'Alger. Près de 1,5 million d'Algériens sont morts dans la sanglante lutte pour l'indépendance. L'Algérie est devenue indépendante le 5 juillet 1962.

En octobre 1988, un an avant la chute du mur de Berlin, Alger était le théâtre de manifestations visant à mettre fin au système de parti unique. La dure répression a fait plus de 300 morts.

Alger a été la cible d'attaques terroristes islamiques. Le 11 avril 2007, le palais du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur, ainsi qu'un commissariat de police, ont été bombardés. Le groupe terroriste islamiste Al-Qaïda a revendiqué cette responsabilité. Le 11 décembre de cette année, deux explosions ont frappé des bureaux des Nations Unies et un bâtiment du gouvernement à Alger, faisant des dizaines de morts.

Administration

Carte montrant les 13 districts de la province d'Alger

Alger est la capitale de la nation de la République algérienne démocratique et populaire, ainsi que de la Province d'Alger au sein de cette nation, qui comprend 48 provinces.

le Province d'Alger est divisé en 13 districts et 57 municipalités. Les districts sont, selon la numérotation officielle: Zéralda 1, Chéraga 2, Draria 3, Birtouta 4, Bir Mourad Raïs 5, Bouzaréah 6, Bab El Oued 7, Hussein Dey 8, Sidi M'Hamed 9, El Harrach 10, Baraki 11 , Dar El Beïda 12 et Rouïba 13.

Économie

La situation stratégique d'Alger et son port en font un important centre de transport maritime et une importante station de ravitaillement en Méditerranée. Les principales activités comprennent l'importation de matières premières, de produits industriels et de fournitures générales, ainsi que d'un centre administratif et financier. Les céréales, le minerai de fer, les phosphates, les vins, les premiers agrumes et légumes ainsi que l'huile du centre de l'Algérie constituent les principales exportations.

Alger est la cinquième ville la plus riche d'Afrique, avec un PIB de 35 milliards de dollars EU en 2005. Sa bourse avait une capitalisation de 60 milliards d'euros. La ville avait le coût de la vie le plus élevé de toutes les villes d’Afrique du Nord, et le 50ème plus élevé au monde, en mars 2007.

La Kasbah (Qasbah), inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1992, alliée au fait qu'Alger est le carrefour de trois mondes: méditerranéen, islamique et africain, ainsi que de nombreuses plages de sable fin, a contribué à faire d'Alger une destination touristique prisée.

Alger possède un grand aéroport international, l'aéroport Houari Boumedienne, et constitue la plaque tournante d'un réseau de chemins de fer et de routes. Le port d'Alger est à l'abri de tous les vents. Il existe deux ports, l'un artificiel, l'ancien et le nord, et le sud, ou le port d'Agha.

La démographie

Entrée du terminal de l'aéroport Houari Boumedienne.

La population métropolitaine d'Alger s'élevait à 3 518 083 habitants en 2005, soit la 85e plus grande au monde, selon Demographia.

La répartition ethnique est la suivante: 59% d'Arabes, 38% de kabyles et 3% d '"étrangers", originaires pour la plupart de Chine, du Vietnam et du Mali. Les langues officielles sont l'arabe et le berbère (tamazight), mais le français est toujours utilisé pour la plupart des transactions officielles et commerciales, tandis que l'anglais est rarement parlé en dehors des centres commerciaux ou touristiques. Environ 99% de la population est musulmane sunnite, qui est la religion de l’État, tandis que le 1% restant est chrétien et juif.

L'Université d'Alger, la première université algérienne créée en 1909, compte sept facultés: sciences politiques et information, sciences humaines et sociales, sciences économiques et de gestion, lettres et langues, droit, médecine et sciences islamiques.

Le musée du Bardo abrite certaines des sculptures et des mosaïques anciennes découvertes en Algérie, ainsi que des médailles et de l'argent algérien.

Architecture

La mosquée Ketchaoua.

Il existe de nombreux anciens bâtiments d’intérêt à Alger, notamment le quartier entier de la Kasbah, la place des Martyrs (Sahat ech-Chouhada ساحة الشهداء), les bureaux du gouvernement (anciennement le consulat britannique), le "Grand", "Nouveau", et les mosquées Ketchaoua, la cathédrale catholique romaine de Notre Dame d'Afrique, le Bardo Museum (un ancien hôtel particulier turc), l'ancien Bibliothèque Nationale d'Alger-un palais turc construit en 1799-1800 et la nouvelle bibliothèque nationale, construite dans un style rappelant celui de la British Library.

Le bâtiment principal de la Kasbah a été construit en 1516 sur le site d’un bâtiment plus ancien et a servi de palais aux deys jusqu’à la conquête française. La grande mosquée (Jamaa-el-Kebir الجامع الكبير) est traditionnellement considérée comme la plus ancienne mosquée d'Alger. La chaire (minbar منبر) porte une inscription montrant que le bâtiment existait déjà en 1018. Le minaret a été construit par Abou Tachfin, sultan de Tlemcen, en 1324. L'intérieur de la mosquée est carré et est divisé en bas-côtés par des colonnes reliées par des arcs mauresques.

La nouvelle mosquée (Jamaa-el-Jedid الجامع الجديد), datant du XVIIe siècle, se présente sous la forme d’une croix grecque, surmontée d’une grande coupole blanche, avec quatre petites coupoles aux angles.

L’église de la Sainte Trinité (construite en 1870) se situe à l’extrémité sud de la rue d'Isly près du site du fort démoli Bab Azoun باب عزون. L'intérieur est richement décoré avec du marbre de différentes couleurs. Beaucoup contiennent des inscriptions commémoratives relatives aux résidents anglais (volontaires et involontaires) d'Alger depuis l'époque de John Tipton, consul britannique en 1580.

Front de mer d'Alger.

La mosquée Ketchaoua, au pied de la Casbah, était avant l'indépendance en 1962, la cathédrale Saint-Philippe, elle-même réalisée en 1845 à partir d'une mosquée datant de 1612. L'entrée principale, accessible par un escalier de 23 marches, est ornée avec un portique soutenu par quatre colonnes de marbre veinées de noir. Le toit de la nef est en plâtre maure. Dans l'une des chapelles se trouvait une tombe contenant les ossements de San Geronimo. Le bâtiment semble un curieux mélange de styles mauresque et byzantin.

Notre-Dame d'Afrique, une église construite (1858-1872) dans un mélange de styles romain et byzantin, est remarquablement située, surplombant la mer, sur l'épaule des collines de Bouzareah, à 3,2 km au nord. de la ville. Au-dessus de l'autel, une statue de la Vierge représente une femme noire. L'église contient également une statue en argent massif de l'archange Michel, appartenant à la confrérie des pêcheurs napolitains.

Remarques

  1. ↑ Population de la ville proprement dite selon le recensement de 1998 via. Citypopulation.de. Récupéré le 27 juin 2010.
  2. ↑ Perspectives de l'urbanisation mondiale des Nations Unies. Esa.un.org. Récupéré le 27 juin 2010.

Les références

  • Alger. 2007. Gardners Books. ISBN 9780548293539.
  • Baepler, Paul Michel. 1999. Esclaves blancs, maîtres africains: une anthologie des récits de captivité de la barbarie américaine. Chicago: Presses de l'Université de Chicago. ISBN 9780226034041.
  • CIA World Fact Book. Algérie. Récupéré le 23 juin 2008.
  • Démographie. Demographia World Urban Area Projections 2007 et 2020. Récupéré le 23 juin 2008.
  • Encyclopédie Britannica en ligne. 2008. Alger. Récupéré le 23 juin 2008.
  • Kagda, Falaq et Zawiah Abdul Latif. 2007. Algérie. New York: référence Marshall Cavendish. ISBN 0761420851.
  • Looklex Encyclopédie. Alger. Récupéré le 23 juin 2008.
  • Morgan, Joseph. 1728. Histoire d'Alger.
  • Pontecorvo, Gillo, Franco Solinas, Brahim Haggiag, Jean Martin, Yacef Saadi, Samia Kerbash, Ugo Paletti, M. Gatti et Ennio Morricone. 2004. La bataille d'Alger La bataille d'Alger. Irvington, NY: Collection Criterion. ISBN 9780780028876.

Galerie de photos

  • le Monument des martyrs (Maquam E'chahid).

  • le Mosquée El Jedid à la place des martyrs.

  • Inscription dans le dôme de Basilique Notre-Dame d'Afrique, qui dit "L'amour fraternel vient de Dieu. C'est Dieu lui-même".

  • Basilique de Notre-Dame d'Afrique.

1 Judiciaire. 2 Parlementaire. 3 Exécutif.

Pin
Send
Share
Send